Confinement: comment garder la motivation à faire de l’activité physique?

Quelque soit le domaine, la motivation fait appel à la mémoire. Aujourd’hui, je vous propose d’échanger autour de la perte de motivation à faire de l’activité physique, et ainsi tenter de trouver quelques solutions.

1.constat

Certaines personnes continuent à être motiver, et c’est tant mieux. Je vois pas mal de sportifs sur les réseaux sociaux continuant à se mobiliser pour continuer à performer. Néanmoins, ceci n’est pas le cas de tout le monde.
La perte de motivation est souvent dû à l’environnement qui est complément différent : avant le confinement, certains allaient à la salle, faisait partie de club, étaient adaptes du plein air. La stimulation pouvait venir de rencontres avec d’autres sportifs.
Aujourd’hui, un certain nombre se retrouve entre 4 murs, avec parfois un manque de matériel, voire aussi la présence des enfants. Ceci n’aide pas à rester motivé. On n’a pas envie.
Cela peut être tout à fait en accord avec soi-même. Tout le monde un jour connait cette notion « j’ai pas envie ». Par contre, il faut avoir conscience que pour ceux habitués aux entrainements multiples et intenses, les conséquences de perdurer le « j’ai pas envie » pourraient se traduire par une diminution des performance, un risque de prise de poids, une diminution de la masse maigre.
Côté mental : même si on sait que faire une pause fait du bien, trop de pause peut entrainer certaines ruminations « punaise j’ai encore rien foutu », « je suis vraiment nul » et ainsi l’ estime de soi peut en prendre pour son grade.
Sans oublier que lorsque la reprise aura lieu, nous connaitrons des difficultés dû aux manques d’entrainements d’une part et d’autre part, si nous recherchons à rattraper le temps perdu en multipliant les entrainements et l’intensité sans une vraie stratégie physique (comme en PPG), le risque de blessures s’agrandit.

2.vers un changement de comportement

Pour vous guider à reprendre la motivation aux mouvements, vous pourriez vous poser la question de ce que vous recherchez quand vous pratiquez habituellement ? (j’entends en dehors de ce contexte particulier)
Les réponses peuvent être du plaisir, bien-être, se défouler, échapper à la journée éreintante, et aussi acquérir de la performance, augmenter sa masse musculaire, perdre du gras…bref aller chercher ce qui fait sens pour vous, peut-être un dépassement de soi ce qui permet d’augmenter son estime de soi et de ce fait sa confiance en soi.
Pour revenir sur la performance, il peut sembler compliqué d’y penser dans les circonstances actuelles, c’est vrai. Mais si nous faisions abstraction quelques instants.
En soi la performance c’est quoi ? c’est la maitrise de la technicité, avoir du physique, être tactique, sans oublier le mental.
Aujourd’hui, que pourriez vous mettre en place pour minimiser ses pertes de performances (voir pour certains les entretenir ou même les améliorer) avec ce nouvel environnement ?

Je vous donne mon exemple. Habituellement j’ai un emploi du temps assez dense. Cela a toujours été le cas, même plus jeune, il y avait l’école, un cours de langue supplémentaire, et des cours de danse (oui un seul n’était pas suffisant)
Avant ce confinement, c’était pareil, pourquoi ? la peur de m’ennuyer ? Peut-être. (j’arrive aussi à me déconnecter rassurez vous). Travail, cours de danse et préparation des 100 km de Dieppe.
Qu’est ce qui m’incite à participer à ces séances de sport ?
– cela me vide la tête, je passe un bon moments avec les copines, pour mes séances plein air j’adore car c’est là où mes idées fusent
– l’engagement dans ce challenge des 100 km : pour me dépasser, pour l’avoir vécu d’une autre manière en accompagnatrice et de ce fait changer de posture
– la performance, voir que je progresse, c’est drôlement sympa de se dire je fais un effort et que cela porte ces fruits

Si je me pose cette même question maintenant :
– ce qui fait sens pour moi de continuer, de trouver des solutions: pratiquer me permet de combler mon emploi du temps, me vider la tête (avec les infos en boucle cela peut être anxiogène pour certains d’entre nous), passer un moment sympathique avec d’autres ( via skype/ youtube) et me dire que j’entretiens mon corps, mon cardio et c’est bon pour ma santé.
Alors certes, ce n’est pas forcément de la même manière que d’habitude, néanmoins cela me donne beaucoup de satisfaction, pourquoi ? car j’accepte que cela soit différent, et étant une éternelle optimiste, je suis contente de ce que je fais , c’est toujours un petit pas de fait.
Et surtout, je me sens vivante, moi qui adore la nature, marcher, rester à l’air libre…le simple fait de faire des mouvements, de ressentir les muscles s’actionnaient dans mon corps me donne cette liberté de me sentir vivante. Je suis vivante malgré ces 4 murs.

3. Des solutions

Pour ma part, notre professeur de danse ( qui est géniale au passage, on devrait tous avoir une claire dans notre vie) a pris la décision de nous faire les cours via youtube. Et puis dans la team avec la quelle je participe aux 100km, il y a un coach qui nous donne une séance de sport quasi quotidienne de 45 min pour nous permettre de continuer à nous préparer.
Bon nombre de coachs sportif propose des séances de sport via you tube ou autre réseaux sociaux, ils donnent des petites astuces avec ce qu’il peut y avoir dans une maison.

Vous pourriez imaginer une planification de séances, de passer un contrat d’engagement envers vous-même en faisant appel à vos souvenirs de ce que vous procure le sport,
et ensuite passez à l’action : s’y mettre tout simplement même si les habitudes changent-> car au final ce sera toujours mieux que rien.
Il arrivera que certains jours vous n’aurez pas envie, et c’est ok…nous avons tous besoin de déconnecter à un moment, ce sera ok seulement si on l’accepte, car sans cela, nous risquons de voir pointer le stress qui n’est pas forcément bon pour soi.