Diabète et sport: taux de glycémie après le sport

Le diabète, notamment le diabète de type 2 fait parti des maladies chroniques les plus répandues en France. Elle va de paire avec l’augmentation du surpoids et de l’obésité qui peuvent se développer en fonctions de nos modes de vie plus sédentaire et une alimentation plus industrialisée.
L’obésité a d’autres causes: médicamenteuses, héréditaires…

conseils diététiques pour les diabétiques

Le diabète: un rappel

Cette maladie est marqué par une augmentation chronique de la glycémie ( taux de sucre dans le sang) à 1,26g/l à jeun. Cette irrégularité du taux, qui doit normalement se trouvait en principe entre 0.7 et 1.10 g/ litre de sang à jeun est du à un déficit en insuline. Cette hormone est en principe sécrétée par le pancréas. Elle permet au glucose d’entrer dans les cellules, notamment les cellules musculaires.

Les causes du diabète de type 2 est survient souvent chez les personnes ont un accroissement du tour de taille, avec une sédentarité marqué et une alimentation dite “trop riche” depuis plusieurs années. Pourtant le facteur héréditaire reste aussi un élément important. C’est d’ailleurs l’une des préoccupations des personnes qui viennent me consulter en tant que diététicienne en matière de prévention soit en présentiel ou par skype, étant spécialisée en éducation thérapeutique du patient diabétique et obèse.

Les conséquences de cette maladie sont multiples avec des complications au niveau des vaisseaux du rein, des yeux qui perturbent leurs fonctionnement. Il en est de même sur les artères du cœur et du cerveau.

Le but du traitement est de normaliser la glycémie et limiter l’apparition des complications.
Il sera intéressant de réduire le poids si nécessaire, notamment cette ceinture abdominale, d’améliorer son alimentation afin d’être en adéquation avec la prise médicamenteuse ou l’insulinothérapie et notamment adapter son activité physique existante ou se motiver à bouger (pour cela le préparateur mentale peut vous accompagner dans la recherche de vos ressources)

Exercices sportifs pour le diabétique

L’activité physique et le diabète

Le sport va permettre d’améliorer la glycémie, et au besoin limiter la prise de poids, voire aider à en perdre. En soi, il fait parti intégrante du traitement. De plus, il va prévenir des maladies cardiovasculaires et avoir un effet positif sur le bien-être en général.

Que se passe-t-il dans le muscle en temps normal?

Lors d’un exercice le glucose se mobilise dans le muscle. Les réserves glycogéniques musculaires s’épuisent (en fonction de l’état initial du stock et de la durée et intensité de l’activité physique), le foie prend le relais pour maintenir la glycémie à un taux constant.
Lorsque l’effort se prolonge, les apports énergétiques vont puiser dans les graisses. Dans le même temps le pancréas réduit sa production d’insuline. Il est donc indispensable d’avoir un apport glucidique avec une collation pendant et après l’exercice physique en fonction de la durée de la séance.
En bref, les muscles utilisent le sucre pour en tirer l’énergie nécessaire à leur fonctionnement ce qui provoque une diminution de la glycémie lors d’un effort physique.

La personne diabétique sous insuline et le sport

Lorsque l’effort est imprévu, la dose d’insuline n’a pas été diminuée, l’apport en “sucres” doit être systématique et surtout suffisant avant mais aussi pendant ce travail musculaire.
Je conseille d’avoir toujours un apport glucidique avec soi pour éviter ce piège.

Si l’activité est prévue, il sera nécessaire d’adapter la dose d’insuline selon l’exercice, la durée, intensité, entraînement. Si l’exercice est prévu au moment de l’injection, il faudra alors réduire la dose d’insuline injectée pour éviter l’apparition d’une hypoglycémie.

test du diabète par votre dieteticienne

Test du diabète

Le protocole à suivre est le suivant:
-Augmenter la prise alimentaire de glucose pendant l’effort par le biais de “glucides complexes” qui représentent plus de 50% de la ration calorique.
-Boire avant, pendant, après l’exercice afin d’éviter le risque de déshydratation.
-Si effort est inférieur à 45min, une collation d’environ 20g de glucides sera nécessaire après l’effort.
Si effort est supérieur à 45min, l’avant-dernier repas doit être riche en sucres complexes pour faciliter les réserves en glycogène aussi bien musculaire qu’hépatique.
– Pendant l’effort, un apport régulier en glucides sera requis toutes les 40min environ.

La personne diabétique non-insulinodépendante et l’activité sportive

N’ayant pas la main sur la prise médicamenteuse, il sera impératif de réguler l’effort physique en fonction de son taux glycémique.
Pendant le sport, il faut prendre du sucre rapide et de l’eau à chaque pause, notamment sur une activité de longue durée comme la marche. La glycémie capillaire doit se maintenir entre 1.3 g/L et 2g/L sans aucun risque. Si la glycémie est supérieur à 2-3g/L , il faut immédiatement arrêter le sport et consulter un médecin. D’où l’intérêt d’avoir un appareil à dextro.
Si une  hypoglycémie apparait, il faut arrêter toute activité et ingérer des sucres rapides associés à des glucides dits lents. Il est possible de reprendre l’effort seulement si la glycémie capillaire est supérieure à 1.3g/L.

Il est obligatoire de connaitre les signes d’une hypoglycémie:
anxiété, faim, nausées, pâleur, palpitation, picotement, transpiration, tremblement, changement de l’humeur, confusion, convulsion, démarche chancelante, étourdissement,faiblesse, fatigue, maux de tête, somnolence, troubles de la concentration, troubles de la parole, vision embrouillée. (cf diabète-québec)

Il est donc important de vérifier son taux de glycémie avant , pendant si nécessaire et après le sport.

Les sports conseillés chez le diabétique

Les sports d’endurance sont les plus conseillés, ils permettent un entrainement progressif avec une surveillance et un contrôle glycémique facile comme :

  • la marche,
  • la course à pieds,
  • le vélo,
  • le ski de fond,
  • la natation,
  • l’équitation.

Les sports aquatiques sont aussi autorisés mais avec une surveillance particulière comme le canoë kayak, la voile, la planche à voile ; ils doivent être pratiqués en groupe qui doit être au courant de la pathologie de la personne diabétique afin de réagir au plus rapidement en cas de malaise.

[Total : 1    Moyenne : 5/5]