Home  Blog de votre diététicienne-nutritionniste  Approche holistique pour la gestion du surpoids et de l’obésité

Approche holistique pour la gestion du surpoids et de l’obésité

Les campagnes de prévention en France visant à améliorer les habitudes alimentaires sont confrontées à des défis majeurs, notamment des implications morales et la propagation de fausses informations, entraînant une confusion dans la population. Cette situation pourrait avoir des conséquences négatives. De plus, bien que la médicalisation du surpoids et de l’obésité offre des avantages potentiels, elle néglige les habitudes alimentaires sous-jacentes et peut laisser les médecins de soins primaires mal préparés à aborder ces problèmes de santé.

 

Le culte de la santé et complications

 

La société moderne valorise la santé comme important, associant bonheur  à une bonne condition physique. La recherche de la médecine préventive est comparée à une forme de confession, où les individus corrigent leurs habitudes malsaines par des régimes stricts ou une activité physique intense. Cependant, cette obsession pour la santé a ouvert la porte à des intérêts commerciaux exploitant la tendance à médicaliser certains comportements. Les problèmes sociaux sont ainsi transformés en problèmes médicaux, les médecins devenant les principaux régulateurs et prescripteurs de solutions telles que des régimes restrictifs, parfois au détriment de la santé mentale des individus.

 

Définition de l’obésité

 

L’obésité est une accumulation excessive de masse graisseuse dans le corps, associée à des risques pour la santé comme le diabète de type 2 et les maladies cardiaques. Elle est définie par un indice de masse corporelle (IMC) élevé, selon l’OMS.

causes du surpoids

Causes et risques

 

Les personnes obèses sont souvent associées à un déséquilibre énergétique, où leur apport calorique quotidien dépasse leurs dépenses énergétiques, mais l’inverse peut également être vrai. Ce déséquilibre, prend en compte des processus métaboliques tels que la digestion, l’activité physique et la thermorégulation. Ce déséquilibre affecte différents systèmes de l’organisme, contribuant ainsi à la problématique du poids et au développement d’autres pathologies.

 

Traitement de l’obésité par une régime ou un déficit calorique

 

Les études telles que l’INCA 2 et Nutrinet montrent qu’un nombre significatif de femmes, y compris celles de poids normal, suivent activement des régimes pour perdre du poids. Cette tendance a suscité des préoccupations quant aux risques potentiels des régimes non accompagnés. Les travaux de l’ANSES mettent en évidence les dangers des régimes extrêmes, y compris des problèmes osseux, cardiovasculaires, rénaux et psychologiques tels que l’anorexie ou la boulimie. Un groupe d’experts recommande plutôt de promouvoir l’activité physique pour lutter contre l’obésité, soulignant l’inefficacité des régimes hypocaloriques et la nécessité d’une alimentation adaptée à chacun.

 

Activité physique dans la prise en charge de l’obésité

 

L’exercice physique est crucial pour maintenir un poids sain et réduire le risque de maladies cardiovasculaires, et procure un bien-être. Des études suggèrent que l’exercice régulier peut aider à gérer l’obésité en offrant des alternatives efficaces aux activités traditionnelles. Cela permet de réduire les risques métaboliques associés à un poids élevé.

 

Pratique de l’activité physique chez une personne ayant de l’obésité

 

Pour lutter contre le surpoids et l’obésité et réduire le risque cardiovasculaire, il est crucial pour les patients de consulter un médecin avant de commencer toute activité physique intense, surtout en cas d’obésité sévère. Un bilan médical initial permet d’évaluer l’état de santé et d’adapter les conseils ou prescriptions d’activité physique. Les tests d’effort sont recommandés pour évaluer les risques cardiovasculaires avant toute activité intense, surtout chez les patients à risque élevé. Les patients obèses doivent choisir des activités à faible impact pour éviter les douleurs articulaires, telles que la natation ou le cyclisme, et peuvent bénéficier de vélos à assistance électrique. Certaines douleurs dorsales temporaires peuvent survenir lors de la perte de poids en raison de la redistribution des forces sur la colonne vertébrale.

marcher

En pratique, l’activité physique prend en compte 5 paramètres :

le type d’activité physique : marcher, courir, sauter, nager…
l’intensité : en fonction des capacités individuelles et des objectifs de santé.
la durée : il est recommandé de commencer progressivement et d’augmenter progressivement la durée au fil du temps.
la fréquence : il est idéal de pratiquer une activité physique de manière régulière, avec des séances réparties tout au long de la semaine.
le contexte : que ce soit en solo ou en groupe, l’important est de trouver ce qui convient le mieux à chaque individu pour maintenir la motivation et le plaisir dans la pratique.

En intégrant ces paramètres dans la pratique de l’activité physique, les personnes en surpoids ou obèses peuvent améliorer leur santé globale, réduire les risques de complications liées à leur condition et retrouver une meilleure qualité de vie.

La gestion du surpoids et de l’obésité nécessite une approche multifacette, intégrant des aspects nutritionnels, médicaux et d’activité physique. En mettant l’accent sur la promotion de modes de vie sains et durables, ainsi que sur l’individualisation des interventions, il est possible d’apporter un soutien efficace aux personnes concernées et de réduire les risques associés à ces conditions de santé. En fin de compte, la clé réside dans l’adoption de comportements positifs et dans la recherche d’un équilibre entre alimentation équilibrée, activité physique régulière et bien-être mental.

Sources :
livres :
– médecine du sport- P.Rochcongar, D.Rivière
articles :
LUTTE CONTRE L’OBÉSITÉ PAR L’ACTIVITÉ PHYSIQUE ET FONDEMENTS DU CONSENSUS FRAGILE ENTRE EXPERTS- 2016
(https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2016-HS-page-33.htm)
– cahier nutrition et diététique- sept 2011
– Obésité, maladie des tissus adipeux, Inserm 2017
– anses
– L’activité physique dans le traitement de l’obésité : bénéfices et modalités- M. Mendelson ,AS Michallet ,J. Tonini ,M. Guinot ,VA Bricout &P. Flore
– HAS : Prescription d’activité physique et sportive , Surpoids et obésité de l’adulte